Naturellement
ensemble

vos espaces verts

L'animal du mois 🐾

Le Xylocope violet, Xylocopa violacea, Apidés.

Le xylocope violet est l’une des plus grandes espèces d’abeille (20 à 30 mm de long pour 50 mm d’envergure) ; son vol bruyant rappelle celui d’un bourdon.

Le corps de l’insecte est entièrement noir et brillant, ses ailes également sombres montrent une couleur violette sous une incidence lumineuse appropriée.

L’adulte butine les fleurs, se nourrissant de pollen et de nectar. Si la fleur est trop étroite et que les nectaires sont difficiles à atteindre, il peut fendre la base de la corolle pour les atteindre.

Xylocope signifie qui coupe le bois ; toutefois, il ne s’agit pas d’un insecte xylophage (= mangeur de bois). En effet, cet insecte creuse des galeries dans le bois seulement pour y déposer ses œufs.

Ce comportement explique pourquoi on parle aussi d’abeille charpentière pour cette espèce.

On trouve dans ces galeries des logettes où la femelle a pondu un seul œuf par logette et a déposé un peu de pollen et de nectar pour la nourriture de la larve. Les œufs sont de grande taille pour un insecte ; aussi le nombre d’œufs d’une ponte est-il limité (10 à 15).

La femelle possède un dard, mais n’est pas agressive ; celui-ci est nettement plus court que ceux des guêpes et frelons.

Texte et photos : Marc CARVIN

La plante du mois 🌼

La Lathrée écailleuse, Lathraea squamaria, Orobanchacées.

Voici une bien étrange plante qu’on ne voit qu’au printemps dans le sous-bois. C’est seulement une inflorescence de couleur blanche à crème, avec une petite tache violacée au bas de la corolle.

En fait, sa tige reste cachée dans le sol et la plante demeure totalement invisible le reste de l’année ; c’est pourquoi on l’appelle aussi la discrète ou la clandestine.

Comme les autres membres de la famille des Orobanchacées, c’est une plante parasite. Elle n’a pas de feuilles vertes permettant la photosynthèse. Elle puise sa nourriture par des suçoirs dans les racines d’arbres comme les noisetiers, les ormes, les aulnes, voire d’autres espèces.

Le qualificatif d’écailleuse est lié au fait que sa tige souterraine ou rhizome est recouverte d’écailles arrondies et serrées.

La lathrée écailleuse est présente sur les milieux calcaires.

Une espèce voisine est la lathrée clandestine (Lathraea clandestina). À affinité atlantique, elle est présente dans l’Ouest de la France. Elle est plus spectaculaire en raison de sa vive couleur violet pourpre à bleu violacé et de la taille plus grande de ses fleurs.

La lathrée écailleuse a été photographiée sur la commune d’Étaules, le xylocope violet sur la commune de Savigny-le-Sec.

Quant à la photo de la lathrée clandestine, elle a été prise sur la commune de Gaillac, dans le Tarn.

Texte et photos : Marc CARVIN

Zéro pesticide

La commune a adopté depuis plusieurs années le ZÉRO PESTICIDE pour entretenir ses espaces verts.

Le désherbage se fait :

  • manuellement par un de nos agents
  • par l’utilisation d’un désherbeur thermique qui brûle les mauvaises herbes
  • par l’utilisation d’une brosse métallique qui permet le désherbage des bordures de voirie.

Pour le cimetière, la commune a opté, pour éviter un désherbage fréquent sans pesticide, pour l’engazonnement de ses allées.

Arrosage

Nous collectons l’eau de pluie des ateliers communaux, dans une cuve contenant 80 000 litres. Puis une citerne est attelée derrière le tracteur, qui, elle contient 1 500 litres, pour que notre agent puisse arroser les vasques et platebandes.
Une seconde citerne, sous l’ancienne mairie, a été réparée et remise en fonction, ce qui permet de moins utiliser le tracteur.

Les abeilles

La démarche environnementale de la commune l’a conduite à tendre vers une tonte tardive afin de préserver la biodiversité et, notamment, les abeilles. Elles butinent ce que nous considérons comme de mauvaises herbes, par exemple, les fleurs de pissenlit.

Dans le souci permanent de permettre aux abeilles d’effectuer leur dur et si indispensable labeur, nous avons opté pour la plantation de jachères mellifères à l’entrée sud du village et près du tir aux pigeons. D’autres lieux ont été sélectionnés et seront dotés de ces plantations.

Sur la commune, Philippe Gaulard, apiculteur, a installé de nombreuses ruches. Il est fier de pouvoir désormais vendre le « miel d’Asnières », et vous pouvez lui en commander au 06 12 47 75 16 ou vous en procurer à la boulangerie Martin, chemin de la Cendine.

L’hôtel à insectes

Durant la semaine asniéroise 2017, trois enfants, des bénévoles et des élus ont construit un hôtel à insectes. Il permet l’installation des abeilles mais également des coccinelles, perce-oreilles et autres insectes.

Il se trouve ruelle de la mairie, dans le Jardin de la Paix.

Fleurissement du village

Chaque année, les vasques de la commune ainsi que les platebandes situées aux entrées du village, sont fleuries. Les plants sont achetés à la jardinerie située dans notre village afin de réduire les déplacements et de favoriser le commerce local.

Une réflexion est menée afin de sélectionner les variétés peu exigeantes en eau, et faciles d’entretien. Notre agent effectue régulièrement des stages de formation pour répondre à notre démarche environnementale.

Un « tapis » de tulipes a été disposé à l’entrée sud du village et, chaque automne, d’autres tapis seront installés.

Participer à la démarche

Comment participer ?

Vous pouvez participer à cette démarche en fleurissant vos jardins, balcons, etc.